lotus

  Copie de FAUCHEUR-originelA la suite de ces élections présidentielles j'ai temporisé un moment vu que l'un comme l'autre ne devez pas manquer d'informations et sollicitations à consulter les  programmes des candidats. Décision de vote embarrassante à prendre si l'on en croit le nombre impressionnant des personnes qui étaient encore indécises la veille des élections et ne sont aujourd'hui pas vraiment rassurées par leur choix. Moi même m'étant finalement abstenu au 2e tour.

  Pour autant, je ne vois pas dans mon attitude un manque de civisme car à me lire chacun pourra se rendre compte à quel point je place ma conscience politique. Seulement, vu mes ambitions et prétentions, je n'ai pas goût à me risquer dans la moindre incohérence.  Comme expliqué précédemment, je ne pouvais voter pour Sarkozy vu que sur d'autres billets, notamment sur le confit en Libye je l'accuse d'avoir  engagé notre armée pour des raisons non justifiées...le peuple libyen n'étant pas sous la férule d'un dictateur sanguinaire..au contraire d'aujourd'hui.  Quant au socialisme , j'ai déjà évoqué que ce système était de nos jours instrumentalisé par le capitalisme à des fins de neutralisation des différents acteurs sociaux (syndicats, associations, psychologues, éducateurs etc...) pour mieux faire rembourser la dette aux classes moyennes. En explications plus détaillées vous pouvez vous reporter ici et consulter le document "marée de la renaissance" 

   Mes objectifs d'Eclaireur, n'étant pas de vous disperser, mais de discerner ensemble le fil conducteur susceptible de nous relier à la vérité...Hors, comme je le fais remarquer inlassablement, l'ère du temps est plutôt de se détourner d'une telle prétention. Pourtant des esprit avisés, parfois au prix d'expérience douloureuses vous diront que toutes les tentatives pour échapper à cette hypothèse stimulante et merveilleuse sont bien souvent vouées à l'échec.

  En effet, même si l'objectif avoué -noble au demeurant-  reste celui de dominer sa propre destinée, comme l'enjoint cet adage répandu dans les milieux branchés : "Ce n'est pas le doute qui rend fou mais les certitudes !" , celui-ci fait plus de ravages qu'il n'y paraît ! Le doute pour le doute nous laissant surtout seul et désarmé à la merci du monde éffréné de la consommation ! Mais bon, comme vous le voyez si je reviens à chaque fois sur mes sujets de prédilections c'est que j'ai de bonnes raisons ! tout au moins dans mes convictions

Pour illustré voici encore un message de Philippe Derruder où il montre bien son embarras de choisir, voire même une certaine lassitude. J'ai visionné après un certain temps seulement la vidéo qu'il affiche car je me méfie de ce genre de propos altermondialistes où transparaît invariabement une mystique matérialiste qui a un effet d'entrainement propre à nous faire croire que tout est possible et du aux citoyens... immédiatement,  alors qu'il faut prendre le temps de s'apaiser et méditer.

 

ENVOI EN NOMBRE

Bonjour à toutes et tous

Depuis que je suis né, d'élection en élection j'entends un maitre mot. LE CHANGEMENT.  Les candidats promettent le changement. Changement de quoi , pour quoi ? En réalité on ne change que les pions sur l’échiquier de la vie, mais la vie reste enfermée dans une logique de jeu d'échec. Les règles de ce jeu s'imposent à tous, et s'il y a bien une chose que les dirigeants, mais bon nombre d'entre nous ne veulent pas changer, c'est le jeu en lui même.
J'entends aussi nos élus et candidats invoquer la crise, non comme une manifestation directement reliée à nos paradigmes, mais comme une catastrophe indépendante de toute pensée ou activité humaine.
Or changer, je dirais plutôt évoluer pour ne pas dire "révoluer" (terme qui n'existe pas mais qui indique que c'est une révolution de notre mode de penser qu'il convient de faire) est pourtant bien l'invitation pressante que nous envoient les crises écologique et économique de notre temps.
Vous noterez que ces crises tournent autour de la richesse. Crise financière, (richesse symbolique) et crise écologique (richesse réelle). Vous observez aussi que les remèdes préconisés pour les régler sont contradictoires : relancer la croissance pour l'une et la sobriété pour la seconde. Une contradiction évidente qui montre combien notre mode de penser est en court circuit, sans que cela suscite une profonde remise en question.

Voici une petite compilation des interventions d'Étienne Chouard qui résume fort bien à mon sens et les raisons des dysfonctionnements actuels de notre société, et la révolution à opérer (du moins au plan économico-politique). il ne parle pas de la révolution personnelle, c'est dommage car tout prend naissance en chacun de nous, mais bon...  je vous invite à écouter cela, car il touche là aux racines de la question.

http://www.youtube.com/watch?v=3uu_NdsPoHQ&feature=youtu.be&hd=1

Amicalement
Philippe 

 De cette vidéo d'Etienne Chouard , je vais surtout retenir pour mon propos la partie où il nous assène

" La qualité des causes, c'est le processus du procédé constituant...." là oui, je rebondis, tout en accréditant  sa phrase car c'est justement ici que mon chemin avec les altermondialistes  diverge.

   Pour moi, la troisième voie consiste aussi d'agir sur les causes constituantes mais en  prenant une voie médiane soit le bouddhisme, c'est à dire celle de l'Eveil par l'intermédiaire de la  prise en refuge en une voie correcte.  Disposition certes dont chaque mouvement politique ou philosophique se réclame qui souvent  reste un voeu pieux à remiser avec les autres , mais qui s'affirmera insensiblement  au vu du nouvel éclairage que donne l'actualité.

  En fait, au lieu de mouvement de masse,  c'est individuellement que les êtres  ( comme les citoyens dont parle Chouard) se prendront en main guidés en cela par une religion, un enseignement vénérable qui ouvrira sur une foi les rendant responsables et ainsi aptes à participer aux solutions  d'interêt commun.

   J'anticipe donc en vous invitant à archiver une texte que je viens d'écrire et envoyer au moine supérieur de mon école " La_repentance dans le bouddhisme et ses différences dans nos cultures occidentales", il se trouve qu'une nouvelle fois, cette thèse à l'instar d'une autre écrite 5 ans auparavant  " La Démocratie Eclairée" n'a pas été retenue pour être présentée aux membres présents à notre assemblée générale à Paris.  

Voici mon échange de courriel tout récent .

Envoyé : lundi 21 mai 2012 13:02
À : Jean-Claude Bonnot Objet : Thèse d'étude

Monsieur,

Je vous remercie d'avoir pris le temps de m'envoyer un texte pour la Réunion Générale.

Après l'avoir examiné, j'ai décidé pour cette fois de ne pas le présenter.

 

Je prie pour que vous déployiez toujours votre énergie dans la foi, la pratique et l'étude.

 

Dôken Nakano

Supérieur du Shingyôji


Merci pour la réponse, dommage, j'aurais voulu faire partager mon expérience de foi avec les autres membres, mais puisque vous en avez décidez ainsi, je pense que vous avez vos raisons...( que j'aurais voulu connaître...)

  Il se trouve qu'en ce moment je suis dans une période de pratique assidue où je ressens profondément l'importance du repentir et la nécessaire prise en refuge dans la voie correcte.  Voie qui demande à être expliquée et commentée comme vous avez entrepris de le faire depuis votre arrivée au Shingyoji. Je pense donc que le temps n'est pas encore venu où les membres du Hokkeko doivent aborder le bouddhisme sous les vues que j'ai tenté de vous présenter.

______________________________________________________________________________________


  
  Ainsi donc, par le miracle du Web, sous l'effet interactif de l'actualité, j'en suis amené depuis mon poste situé en pleine campagne à développer et diffuser mes propres thèses et pourquoi pas fonder( ou plutôt relayer de part sa simplicité) mon propre courant de pensée en fonction de mes découvertes et autres échanges. Nul besoin comme autrefois d'être situé dans un sanctuaire religieux ou  à Paris  au 19 e siècle rive gauche dans je ne sais quel troquet à respirer des vapeurs d'absinthe ou plus tard dans la Silicone Valley en Californie ...

 En parallèle donc de mes remarques sur l'actualité au lieu de m'engager plus avant dans un mouvement politique pour faire bouger les choses et me faire vampiriser ou trahir par mes propres amis, je vais m'atteler à retranscrire l'intérêt de connaître le Sutra du Lotus à notre époque pour nos sociétés occidentales.

Jean-Claude BONNOT