faites Zémmour, pas la guerre !

L'univers médiatique résonne depuis des jours: si Zemmour n'existait pas il faudrait peut-être l'inventer: il a encore frappé et mais il ne s'attendait certainement pas ni aux foudres judiciaires ni que le Conseil supérieur de l'audiovisuel soit saisit. suite sur http://besagora.typepad.fr/besagora/2010/03/g.html#comments

Voici le commentaire que je viens de poster sur le blog de Besagora /

" La bête se nourrit de sang !" . Zémour profite du centralisme et médias parisiennes au nom de la liberté d'expression et parvient ainsi à exploiter un créneau.
Lui même fait partie corps et bien du système qu'il dénonce (un peu comme les guignols de l’info ou le Canard enchainé). Il à cependant raison de dire que le capitalisme préfère produire des consommateurs que des citoyens. Même si les tribunaux et les urgences hospitalières sont obstrués... par la « bobologie » où les auteurs d’actes « d’incivilité »; cet état de fait reste facteur de consommation, nuit à la véritable justice, et permet de taxer le bas de laine du contribuable. Le tout encadré de cohortes de fonctionnaires, instituteurs, psychologues et autres pseudos révolutionnaires...
Gardons confiance, c’est dans les marécages que le lotus apparaît...Nous avons déjà connu pire. Emile Zola décrit très bien ce genre de scène dans « le ventre de Paris » . Seulement, à l'époque de l'auteur, du fameux "J'accuse" dans le journal "l'Aurore", on pouvait encore s'exprimer librement. De nos jours, la censure est plus perfide. Internet ayant suscité de grands espoirs de débats démocratiques, est en passe d’être confisqué par des "petits médias" qui, pour subsister et se faire une moralité (sans pouvoir en citer une à Besançon) entretiennent la superficialité pour rester dans le « politiquement correct » ; influencent les électeurs et produisent des « consommateurs-râleurs », incapables de discernement au vu de l’affluence d’info contradictoires… Sans parler, des commentateurs en pleine addiction qui rependent leur perversion ( utilisés parfois en contre partie d'un bout de crachoir...), prenons garde de ne pas en arriver au stade des pays totalitaires où les commentateurs sont payés par le pouvoir pour décrédibiliser ou user de sophismes.
http://info.france2.fr/dossiers/medias/blogs--un-nouveau-media--14338334.html?paragraphe=5 En tous états de cause, Zémour a le mérite d'exciter. A bon entendeur!